Historique

Madagascar dispose de toute une panoplie de ressources naturelles qui n’attendent qu’à être exploité. Climat favorable à l’agriculture, grandes étendues de terres arables, vastes zones boisées, grands gisements de ressources minérales, biodiversité incomparable, main-d’œuvre abondante…tout y est. L’Ile rouge jouit en plus de ressources en eau renouvelables abondantes, estimée à 337 km³/an. Il y en a donc assez pour satisfaire les besoins relatifs au développement du potentiel d’irrigation.

Mauvaise gestion des ressources naturelles

Le fait de disposer une large gamme de ressources naturelles ne fait pas de Madagascar un  pays riche. La Grande Ile, où 20% de la population est enclin à l’insécurité alimentaire, figure même sur la liste des pays les plus pauvres au monde.

La gestion inadéquate des ressources naturelles se trouve à l’origine de ce fléau qui sévit depuis la nuit des temps dans l’Ile Rouge. Le manque d’infrastructures ne fait qu’aggraver la situation.

Limitation à des pratiques agricoles rudimentaires

81% des ménages, dont 89% se trouvant dans les zones rurales de Madagascar, sont impliquées dans activités agricoles. C’est pourquoi l’agriculture tient une place des plus importantes dans l’économie du pays.

Les agriculteurs, n’ayant pas accès aux technologies améliorées, tels que les semences à haut rendement, les engrais et les machines agricoles, se limitent cependant à la pratique d’une agriculture de subsistance, avec de faibles niveaux de productivité. Désireux d’augmenter la production et établir un droit sur la terre, ces derniers se livrent à la pratique du « tavy ».

Cette forme traditionnelle d’agriculture sur brulis est pourtant est préjudiciable à l’écologie. La culture sur des cycles successifs de riz, de manioc et d’autres cultures sur « tavy » dégrade le sol et déclenche l’érosion à grande échelle qui contribue à l’envasement des cours d’eau, menant rapidement à la dégradation généralisée de la terre et de l’eau.

PADAP aspire à redresser la barre

Le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (MPAE) et ses partenaires ont décidé d’investir dans le projet PADAP pour résoudre ne serait-ce qu’une partie des problèmes susmentionnés.

Axé sur les bonnes pratiques de gestion des ressources naturelles, PADAP est une aubaine pour l’écologie et l’économie de Madagascar. Le projet pourrait également alléger le quotidien des 4 Malgaches sur 5 dont le gagne-pain repose sur la terre, l’eau et les forêts.